"NOFINOFY" "Le Rêve"- Un documentaire MALGACHE

Salon de coiffure de Roméo à Tamatave
"NOFINOFY" de Michael ANDRIANALY

  «  NOFINOFY « ( LE REVE )

  Michael Andrianaly- Madagascar-France 73’

Le cinéma malgache reste confidentiel dans sa diffusion en dehors des films produits et diffusés par    Laterit productions » dans l’espace français.

Michael Andrianaly, né en 1978 n’envisageait pas de devenir cinéaste.

Après des études commerciales et en gestion d’entreprises ; suite à un atelier d’écriture de documentaires, organisé par l’Alliance Française, il découvre une passion pour le cinéma du réel.

Il aborde le métier en pratiquant le montage, s’initie au cadre ,à la photo et devient un réalisateur dès 2012 avec » Todisoa et les pierres noires « puis « Njaka Kely » le portrait d’une femme qui gère une affaire de location de pousse pousse.

Ces documentaires sont essentiellement diffusés sur le continent africain.

Michael Andrianaly travaille depuis ses débuts avec une société de production française située en Bretagne (LES FILMS DE LA PLUIE) et bénéficie du soutien de l’organisation internationale de la francophonie et du CNC (Centre national de la cinématographie).

Ce réalisateur engagé  dénonce les maux qui rongent une société dirigée par des politiciens corrompus et des prédateurs de tous les continents et de tous les pays.

 Il  nous présente un film attachant « NOFINOFY »(Le Rêve) portrait de Roméo, un ami d’enfance  indépendant, handicapé, passionné par son métier, la coiffure,  qui se bat quotidiennement contres les obstacles qui se dressent devant lui.

Si le film démarre d’une façon chaotique avec une caméra trop fébrile ; au fil du temps , le personnage s’impose et les cadres deviennent plus rigoureux et précis. Roméo est obligé de quitter son salon , baraquement de fortune .

Son rêve : posséder un local solide, capable de supporter les tempêtes et cyclones ; autre calamité de la grande île. Offrir des services de qualité dans un lieu approprié.

Le salon de coiffure,  lieu de rencontre, permet la confrontation des points de vue de tous les malgaches , des plus jeunes aux plus vieux.

Par le biais de conversations on découvre les difficultés de la population soumise à un Etat de non droit, à la corruption. Pas d’acquis sociaux mais la drogue  l’alcoolisme et la prostitution touchent de nombreux malgaches qui sombrent dans l’extrême pauvreté.

Roméo s’affranchit de l’alcool et son rêve finit par se réaliser.

Alors , l’écran devient noir et le son nous apporte fusillades et sons de guerre.

Quel avenir pour Madagascar ? Quel avenir pour les malgaches ? Auront-ils le courage  de Roméo ?  La volonté de se battre pour améliorer leur vie et celle de leurs enfants ? 

Pourront-ils se détacher de toutes leurs soumissions ?

Ce portrait s’inscrit dans un cinéma du réel, engagé, sensible et humain ;ce qui  a valu à l’auteur d’être distingué   au Festival du réel par le prix  Joris Ivens et  Marceline Loridan.

                                                                           Robert Lombaerts